Total Kamok !

Welcome to Norkhat's blur

(Source: hardcoremilkman, via mercurialblonde)

nearlya:

Carsten Nicolaigrid index (series), 2011, offset print on paper

"Il décida de constituer un atlas des grilles possibles, des réseaux.
Cela avait la régularité psychédélique de la géométrie poussée dans ses multiples, l’érotisme d’un bas tissé par une araignée géométrique, le vertige de la raison des réseaux, si c’est une carte où sommes nous, et quel chemin suivre dans un labyrinthe qui n’a ni pans ni portes.”

(via antoniusalves)

Il n’y a pas de poisonIl n’y a pas de remèdeIl n’y a que la dose
— Paracelse (what else ?)

Il n’y a pas de poison
Il n’y a pas de remède
Il n’y a que la dose


— Paracelse (what else ?)

où est le cable ? et dans quel espace faudrait-il donc le rebrancher ?

où est le cable ? et dans quel espace faudrait-il donc le rebrancher ?

theairtightgarage:

The offices of Metal Hurlant: photos from the early 80s

1. Writer/director Alejandro Jodorowskwy, journalist Philippe Manœuvre, writer and Hurlant co-founder Jean-Pierre Dionnet, and writer/editor/game designer Pierre Rosenthal

2. 3. Two great shots of Jean-Pierre Dionnet, looking like Crumb’s identical twin.

4. Hurlant co-founder and cartoonist, Philippe Druillet, best known for his Lone Sloane series.

5. Hugo Pratt, legendary cartoonist and creator of Corto Maltese

6. Paul Gillon, cartoonist and illustrator of the Lost in Time series, written by Jean-Claude Forest

7. Yves Chaland, creator of the popular Freddy Lombard series, prolific cartoonist, and colorist(notably coloring the initial chapters of Moebius & Jodorowsky’s The Incal)

8. Chaland’s work-in-progress artwork

9. Olivia Clavel, cartoonist and co-founder of the Bazooka Groupe

10. Pascal Guichard and(I think?) Isabelle Morin, editing an issue.

(Source: facebook.com)

reckon:

notes of Twin Peaks x

Ce qu’on appelle le Visual Cue. 

(Source: popcultureforlosers, via darksilenceinsuburbia)

combien de temps les ingénieurs de Google ont-ils du étudier l’inclinaison de la barre de la bouche de l’emoticon pour qu’il signifie “I feel sorry for you”

combien de temps les ingénieurs de Google ont-ils du étudier l’inclinaison de la barre de la bouche de l’emoticon pour qu’il signifie “I feel sorry for you”

"—Velasquez, après cinquante ans ne peignait plus jamais une chose définie, il errait autour des objets avec l’air et le crépuscule, il surprenait dans l’ombre et la transparence des fonds les palpitations colorées dont il faisait le centre invisible de sa symphonie silencieuse. Il ne saisissait plus dans le monde que les échanges mystérieux qui font pénétrer les uns dans les autres les formes et les tons par un progrès secret et continu dont aucun heurt, aucun sursaut ne dénonce ou n’interrompt la marche.

L’espace règne. C’est comme une onde aérienne qui glisse sur les surfaces, s’imprègne de leur émanation visible pour les définir et les modeler et emporter partout ailleurs comme un parfum, comme un écho d’elle, qu’elle disperse sur toute l’étendue environnante en poussière … impondérable. 

C’est beau ça, hein p’tite fille ?

Le monde où il vivait était triste : un roi dégénéré, des infants malades, des idiots, des nains, des infirmes, quelques pitres monstrueux vêtus en Princes, qui avaient pour fonction de rire d’eux même et d’en faire rire des êtres hors-la-loi vivante, étreints par l’étiquette, le complot, le mensonge. Liés par la confession et le remord. Aux portes, l’autodafé… le silence.



Ecoute ça…

Un esprit nostalgique flotte, mais on ne voit ni la laideur ni la tristesse ni le sens funèbre et cruel de cette enfance écrasée.
Velasquez est le peintre des soirs, de l’étendue, et du silence. Même lorsqu’il peint en plein jour, même quand il peint dans une pièce close, même quand la guerre ou la chasse hurle autour de lui.

Comme il ne sortait guère aux heures de la journée où l’air est brûlant, où le soleil éteint tout, ces peintres espagnoles communiaient avec les soirées…


—Mais tou est fou de leur lire des choses comme ça !”

Lou Reed — Faraway →

So Close…

Lettre à Lou (tombeau) : 
cette heure d’Hiver qui passe et qui ne passe pas
c’est ton Mur, ton riff, ton son, ton loup. 
Notre loop.

images : Si loin si Proche, la suite trop peu connue des ailes du Désirs où Cassiel (Otto Sanders) rencontre Lou.

(Source: vimeo.com)


MET-RES-REL
ENQUÊTE SUR LES MODES D’EXISTENCE

http://www.modesofexistence.org/index.php/site/index

Souvenirs du Cyber-Missel, conçu dans les hasards, perdu dans les méandres. What’s next ?

Nous écrivons dans l’infime, des gouttes d’encres ou de galaxies.

rerylikes:

Ruslan Khasanov | on Tumblr - Micro type